shiva_edited.jpg
ma_edited.jpg

Ma Ananda Mayi
Retrouver la Joie

Les vagues et l’océan
 

     Les vagues qui s'élèvent à la surface de l'océan ne sont rien d'autre que de l'eau. Toutefois, par leurs mouvements, elles semblent séparées de l'eau. La même substance est simultanément calme et en mouvement, divisée et unifiée. Ceci est le jeu incessant de l'univers. Au-delà se trouve un état où il n'y a ni eau ni vagues. C'est celui du Non-manifesté (avyakta).

 

    Si vous vous concentrez sur les vagues [vrittis, les agitations du mental], vous vous apercevrez qu'elles ne sont rien d'autre que de l'eau [le Soi, le Non-différencié]. De la même manière, si vous continuez à vous concentrer ainsi en répétant le japa et en l'accordant au rythme du souffle, prâna, ou sur votre guru, votre mental s'apaisera, et la pure Conscience (chaitanya satta) qui est toujours présente en vous se révèlera d'elle-même. Cette révélation amène la cessation de tous les doutes.

 

L’ultime refuge

 

    Le monde, ses joies et ses peines sont fluctuants ; aussi toutes sortes de souffrances et de tourments assaillent-ils l'esprit, n'amenant que la confusion. C'est pourquoi les grands saints, les sages et les sauveurs montrent toujours la voie qui mène à l'état sans désirs et à la félicité éternelle [ânanda].

 

    L'on devra diriger son aspiration vers la réalisation de l'état dans lequel on ne pourra plus être égaré par les souffrances mondaines. Dans l'auberge du voyageur qu'est ce monde, chacun doit demeurer, mais seulement pour le court temps qui lui a été assigné. C'est l'Un qui apparaît sous l'apparence du monde. Il vous fait ainsi le servir comme il l'entend. Restez éveillé — en chaque homme est Shiva, en chaque femme est Gauri [Pârvatî, sa Shakti].

               Ma Ananda Mayi,  Retrouver la Joie ( textes inédits, préface Arnaud Desjardins),          Editions du Relié, Gordes, 2010.